C’est devenu une tendance de fond : la pénurie des profils informatiques et digitaux s’accentue à mesure que s’accélère la spécialisation et la technicisation des métiers, des compétences et des technologies. Quels sont ces métiers en tension ? Quels sont ces candidats qui ne cherchent pas de boulot car c’est le boulot qui les trouve ?

 

L’emploi dans l’informatique et le digital : les entreprises et les métiers qui recrutent

 

Le marché du travail est aujourd’hui assez contradictoire. D’un côté, le chômage fait du sur place et reste autour de 9 % et la croissance ralentit, obligeant l’INSEE a revoir ses prévisions à la baisse pour 2018. De l’autre côté, les entreprises sont en pénurie de certaines compétences et les recruteurs sont toujours plus nombreux à faire part de leurs difficultés à recruter sur certains métiers. C’est notamment le cas dans les entreprises de service, dans l’industrie (aéronautique, spatial, automobile, ferroviaire, énergie, etc.), la banque, la finance, ou encore l’assurance, où les experts IT ont la cote mais se font rares.

 

 

Cliquez sur l’article pour lire l’article

 

Dans ce contexte on voit se développer « une forte demande pour les profils juniors comme pour les plus expérimentés » apprend-on dans l’étude de rémunération nationale pilotée par HAYS et RegionsJob.

94 % de CDI

Tout l’enjeu pour les recruteurs est donc d’attirer mais surtout de fidéliser les talents. Les conditions de travail demeurent donc attractives avec 94% de CDI et 69,1% de cadres. La pyramide des âges du secteur poursuit d’ailleurs sa « professionnalisation ». Pour la première fois, les salariés de plus de 45 ans sont proportionnellement plus nombreux que les salariés de moins de 30 ans.

Les 10 métiers qui recrutent le plus

10-métiers-IT-qui-recrutent

  • Retrouvez toutes les offres d’emploi de l’IT et du digital sur bdmjob.com et toutes les formations sur helloskills.io

Les compétences, langages et technologies en vogue

La digitalisation et la robotisation en cours conduisent à une mutation des métiers de l’informatique et de l’ensemble de l’écosystème (constructeurs comme services). Depuis quelques années, les ESN (entreprises de service numérique) poussent la logique toujours plus loin, proposant aux clients des solutions globales allant du stockage à la production en passant par la diffusion de données.

Néanmoins le marché du développement est pour le moins tendu, de nombreuses sociétés peinent à recruter des développeurs, codeurs, face à la pénurie de nombreuses sociétés ont recours à une sous traitance délocalisée, en offshoring, ou en nearshoring. Gérard Rellier, président de Go&dev précise : « nous rencontrons de plus en plus de sociétés, des start-ups articuliérement, pour qui les coûts liés au développement deviennent problématiques. Celles-ci voient leur projet menacé manque de solutions techniques, et de moyens financiers. Nous leur proposons des solutions 50% moins couteuses qu’en France. Les délais sont parfaitement équivalent à ceux des professionnels français. Elles peuvent ainsi développer leurs solutions et accélérer leur Time to Market. »  

 

 

Cliquez sur le lien pour lire l’article

 

Les métiers de l’informatique, au-delà du socle de compétences élémentaires, évoluent dans un monde professionnel où les frontières entre le service, l’intégration et le conseil sont de plus en plus floues. Rien d’étonnant à ce que les recruteurs cherchent à s’entourer de collaborateurs polyvalents, capables de prendre en charge des missions sur des cycles de plus en plus courts.

compétences-langages-et-tec

Les postes qui payent le plus

Toujours selon l’enquête annuelle de rémunération nationale pilotée par HAYS et RegionsJob, les rémunérations de profils informatiques n’ont cessé de croître ces dernières années. « En raison de la pénurie de candidats, les entreprises doivent constamment réévaluer les salaires afin de ne pas passer à côté de profils experts. Par conséquent, ces dernières proposent de plus en plus un système de rémunération composé d’une partie fixe et d’un variable auxquels s’ajoutent d’autres avantages » lit-on en analyse.

Du côté des indépendants, la politique de rémunération est plutôt stable. En effet, la moyenne de rémunération (mesurée en Taux Journalier Moyen, dit « TJM » ou « taux journalier ») oscille, cette année encore, entre 420 et 570 euros par jour. Pour un même poste, la rémunération d’un travailleur indépendant est en moyenne 30 % plus élevée que celle d’un salarié en CDI.

salaires-IT-et-digital

1salaires-IT-et-digital

2salaires-IT-et-digital

 

3salaires-IT-et-digital

Leave a comment

Go&Dev Website – Designed by Keyzz. All Rights Reserved.